Neanderthal Bling

Homo blingensis (2019), graphite sur papier et couleurs numériques

Un dessin inspiré par la lecture du livre « Retour vers le Paléo » que j’ai terminé il y a peu et que je vous recommande chaudement. On y parle de nos ancêtres et cousins du paléolithique, de leurs pratiques culturelles, artistiques, sexuelles etc. dont des parallèles parfois troublant peuvent être faits avec notre époque.

Ici j’ai voulu représenter un crâne de Néanderthal accompagné de plusieurs éléments (plumes, coquillages peints, serres de rapace) vraisemblablement utilisés comme parures pour un look « animal chic » du meilleur goût.

Temps de travail:
– Préparation 1h30
– Crayonné 1h30
– Couleurs 1h30

Calao Banane

Buceros musaceros (2019), graphite sur papier et couleurs numériques

Ces temps-ci je recommence à apprécier le crayon graphite. Par contre les couleurs sont toujours difficiles à prendre en main. J’aimerai avoir suffisamment de confiance pour tenter des choses extravagantes mais je retombe toujours dans des palettes lâchement réalistes.

Temps de travail:
– Préparation 2h00
– Crayonné 1h30
– Couleurs 3h00

Je crois que je dors trop

Le mois dernier, je me suis amusé à consigner des petites données sur ma vie quotidienne et à les mettre en forme en m’inspirant du projet « Dear Data » de Giorgia Lupi et Stefanie Posavec. Temps de « sommeil », temps passé au travail ou à dessiner, jours où j’ai lu, joué à des jeux vidéos ou glandé comme un zombie sur mon téléphone. Voici un résumé graphique de mon mois de Mars 2019.

Haricots

Autre technique, pour apprendre les mouvements du corps humain: le haricot. Un rond pour le torse, un rond pour les hanches, des lignes pour marquer les grandes dynamiques.

Temps de travail: 1h

Là aussi y’a du boulot, notamment pour rendre les lignes propres et les torsions crédibles. Mais c’est un exercice rigolo et rapide, pratique pour les soirs de fatigue.

Mains

Il y a deux semaines, j’ai eu envie de dessiner des mains humaines réalistes. Pour bien faire les choses, je me suis aidé du livre « Constructive anatomy » de George B. Bridgman et d’une série de vidéos de la chaîne Proko.

J’ai suivi quelques uns des exercices (mais pas tout), fait 2h de petits croquis sur un carnet, puis 5 dessins plus grands et plus détaillés, en passant 30 à 45min sur chacun d’eux. Je les ai ensuite retracé au propre avec une mine sépia, placé quelques ombres, et en ai jeté un que je trouvais très peu réussi.

Temps de travail: 6h
Dessins finalisés: 4

Sans ambigüité, c’est une nette amélioration par rapport à tout ce que j’ai pu faire dans le même genre par le passé. Il y a encore pas mal à faire sur les volumes, le dynamisme, les proportions et les ombres, mais pour le moment je suis satisfait. J’ai dessiné et j’ai appris des choses. C’est tout ce que j’étais venu chercher.

Poisson Blob

Poisson blob, Psychrolutes marcidus, (2018), stylo bic 4 couleurs.

C’est intéressant de voir la finesse et les nuances que certains artistes atteignent avec des outils que beaucoup jugent vulgaires ou rudimentaires. J’ai voulu essayer le stylo bic après avoir été impressionné, notamment, par les travaux de Nicolas V. Sanchez.

Le poisson blob a été un premier test qui m’a motivé pour lancer la série des « Crânes ». Ici il n’y a que les 4 couleurs de base: bleu, noir, rouge et vert. Plus tard dans la série, j’ai rajouté du jaune et utilisé pour les crânes de veaux un second stylo 4 couleurs avec un bleu clair et un rose qui tire vers le magenta. J’ai aussi vu qu’il existait des stylos CMYK (Cyan, Magenta, Jaune, Noir), avec lesquels on pourrait en principe reproduire toutes les couleurs d’une imprimante jet d’encre, mais il sont un peu chers et pas évidents à se procurer. Pas pour tout de suite donc.

Coléoptères V1

Avant la série « coléoptères » publiée sur le portfolio, il y en a eu une autre, préparatoire, réalisée avec des stylos à pointe plus épaisses et de l’aquarelle pour la couleur. Le résultat était moins fin que dans la version finale, mais c’était un bon premier essai qui m’a conforté dans le choix de combiner scarabées et esthétique « low poly », et m’a amené à un niveau technique confortable avec la technique pointilliste « stipple ».

Série « coléoptères » V1 (2018), encre et aquarelle sur papier.

Un temps non négligeable de ce projet a été consacrée à la sélection de photographies de référence. Non pas qu’il soit difficile d’en trouver – bien au contraire les scarabées sont des animaux de collection et internet regorge d’images de spécimens – mais il a fallu faire beaucoup de tri et de choix difficile, tant il existe d’espèces incroyables par leurs formes et leurs couleurs. Pour les 24 espèces représentées dans la série finale (en comptant les 18 des galeries de mandibules) j’en ai considérées, répertoriées puis finalement éliminées plus de 150! Ce sont de très beaux animaux, je suis assez frustré de n’avoir pas pu leur rendre justice à tous, mais je n’exclus pas d’y revenir plus tard pour d’autres réalisations.

Un autre aspect chronophage, comme on s’en doutera facilement, est l’application méticuleuse des petits points d’encre noire, déposés individuellement à la pointe du stylo. Sur la plus grande pièce de la série, le scarabée girafe Trachelophorus giraffa, j’ai compté 8 heures de travail cumulées pour les pointillés uniquement. La posture est affreuse, avec le dos courbé et le visage pratiquement collé à la feuille, et il faut parfois se retenir de faire des petits traits pour aller plus vite dans les zones foncées. Mais à la longue, une fois passée une petite phase d’auto-discipline, c’est un processus assez relaxant, voir méditatif. Je vous recommanderai seulement d’avoir une longue playlist qui vous aide à rester calme et concentré(e).